Revue de presse économique

Grands groupes nautiques : de l'ogre Bénéteau à la chute de Bavaria
La tendance générale de l'industrie nautique est à la reprise. Toutes les fédérations d'acteurs de la plaisance l'ont confirmé en cette fin d'année 2018, la filière a retrouvé des chiffres d'affaires comparables à 2008, avant la crise. Pourtant, ces montants ne doivent pas cacher que la taille des unités vendues augmentant, leur nombre a diminué. Cette évolution vers le haut de gamme a eu des conséquences sur le marché, mais semble devenue problématique..

La fusion en cours depuis le rachat, en mai dernier, par Fountaine Pajot du chantier Dufour Yachts se passe bien. L’activité se développe et la situation financièrement équilibrée permet d’envisager l’avenir avec optimisme.

Un pavé dans la mer. Zodiac et Dream Yacht Charter frappent un grand coup dans le petit monde de la plaisance en officialisant lundi un vaste partenariat.

Nous avons enfin retrouvé la croissance d’il y a dix ans. Le président de l’association du Grand Pavois, Alain Pochon, est satisfait. Il va pouvoir ouvrir la 46e édition du Grand Pavois le 26 septembre, à La Rochelle, sur une note positive : « Au niveau national, les filières du nautisme ont engrangé en 2017 un chiffre d’affaires de 4,8 milliards, c’est presque le niveau d’il y a dix ans quand nous étions à 4,9 milliards. »

Le suspense de la reprise du chantier allemand Bavaria Yachts aura duré tout l'été - la reprise était initialement attendue courant juillet - puis constitué l'un des sujets les plus discutés du Yachting Festival de Cannes, premier salon de la saison nautique 2018-2018, qui ferme ses portes dimanche.

Dream Yacht Charters a installé ses bateaux à louer dans une cinquantaine de bases réparties dans le monde entier. - Shutterstock
En dix-sept ans, la société de Loïc Bonnet a monté une flotte de 900 bateaux.

Si Beneteau dévoilé ses catamarans à Cannes, ce n'est pas un hasard. Le salon de la Côte d'Azur, qui ouvre ses portes mardi, est devenu un festival pour ces bateaux en vogue. 

Il y a deux ans, le directeur commercial de Bénéteau m’a appelé pour me dire qu’il y avait des concessions à reprendre, renchérit l’insatiable homme d’affaires. Notamment celles de Bénodet et de Port-la-Forêt. Nous avions déjà un port à sec à Concarneau, le Pasco, que nous avons transformé en concession avec le temps. Dans le même temps, j’ai été contacté par Sébastien Le Bars, propriétaire de PichavantYachting, à Loctudy, qui lui aussi cherchait un repreneur. »

Après une chute de l'activité en 2016, les résultats du tourisme fluvial de l'année 2017 mettent en évidence un rattrapage de l'activité grâce au retour à la clientèle étrangère. Le secteur retrouve quasiment son niveau de 2015, année record.

L’entreprise va profiter d’une nouvelle zone de 55 000 mètres carrés pour une durée minimale de 30 ans. Elle pourra y accueillir des yachts de 6 000 tonnes après aménagement et renforcement des terre-pleins.


A la suite de l'élaboration par la profession rassemblée au sein de la CNP (confédération du Nautisme et de la Plaisance), d'une méthodologie d'estimation économique rigoureuse, testée dans le département du Morbihan, puis élargie à la Bretagne, le poids de la filière est quasiment triplé, par rapport aux estimations traditionnelles des services de l'Etat.

Lorima, l’un des leaders de la fabrication de mâts et de bômes en carbone, basé à Lorient où il emploie une trentaine de personnes, rejoint le groupe Wichard.