Actualités

Toute l'actulité de l'INB de Concarneau à Villefranche-sur-Mer

A l'INB : une formation pro en maintenance nautique

ouest-france_logo

Ouest-France
27 septembre 2012

Penché sur un moteur, Nicolas ausculte et vérifie. Pas un moteur de voiture. Mais une motorisation de bateau. Parce qu'à l'Institut nautique de Bretagne (INB), le domaine d'études et de formation, c'est la mer tous azimuts.

Du voilier au bateau à moteur, du côtier à la planche à la voile. À 20 ans, Nicolas est l'un des douze élèves de terminale du bac pro maintenance et réparation des bateaux de plaisance. Dans la dernière ligne droite. Celle qui délivre le sésame au bout de trois ans d'études : le bac.

 

bacproouestfrancesept2012Avant de trouver un travail ou de poursuivre les études.
Normand originaire de Caen, il a commencé par un CAP de menuiserie. Avant de s'interroger et de bifurquer vers la réparation nautique. « Depuis tout petit, je baigne dans le nautisme, dit-il. Et puis mon père y travaille. Comme j'aime bien la mer et qu'en Bretagne, ils ont la réputation d'être de bons mécaniciens, j'ai décidé de faire cette formation. »
Jusqu'à mi-octobre
Lui, ce qu'il veut, c'est faire diéséliste sur des bateaux de luxe. « J'aime la mer, les voyages et travailler sur de belles choses. Les bateaux, c'est ce qu'il y a de plus beau », poursuit-il souriant.
Alors, il a trouvé une entreprise et signé un contrat d'apprentissage, à Ouistreham. Parce que la filière bac pro, c'est 50 % du temps en entreprise et 50 % de cours dont la moitié en atelier, sur le plateau technique de l'INB. Nombreuses sont les entreprises locales à jouer le jeu, notamment JFA Yachts ou Méca Diesel à Concarneau qui accueillent les stagiaires en alternance.
« L'État n'assure plus la formation de mécanicien de plaisance, souligne de son côté Gaël Thomas, responsable de l'atelier mécanique à l'INB. Aujourd'hui, en alternance, on est très peu à le faire. Il y a Marseille,
La Rochelle et Concarneau. On leur apprend la mécanique, les composites, la peinture, l'électricité, le gréement et l'accastillage. Et lors de la première année d'étude, ils passent leur permis côtier. »
L'an passé, dix d'élèves sont sortis de la première promo. « Il y a de l'emploi derrière, poursuit Gaël
Thomas. Certains ont tout de suite été engagés en contrat à durée indéterminée dans l'entreprise avec laquelle ils avaient passé un contrat d'apprentissage. »
« La rentrée avait lieu il y a trois semaines, reprend François Bergeronneau de l'INB. Mais il reste encore des places pour ceux ou celles qui veulent intégrer la filière en se-conde. Notamment pour ceux qui décrochent, sur le plan scolaire, en seconde générale. Les portes sont ouvertes jusqu'à mi-octobre. »
INB, 2, rue Bayard à Concarneau ; tél. 02 98 50 84 84 ; www.institut-nautique.com/.